Octobre 2017

Les marchés d’actions se sont à nouveau bien comportés dans le courant du mois d’octobre, avec un indice européen en progression de 11,7 % depuis le début de l’année (à comparer à 9,5 % fin septembre) et une forte progression mensuelle de l’indice mondial exprimé en euros, aidée par la stabilisation de la devise européenne (+7 % à fin octobre vs +3,5 % à fin septembre).

Cette bonne tenue des marchés fait fi des soubresauts de l’environnement politique telles les péripéties catalanes et reflète avant tout la bonne santé de l’économie mondiale, dont atteste la publication trimestrielle de BASF, notre baromètre habituel de l’industrie mondiale. La société a vu ses ventes progresser de 9 % par rapport au T3 2016, dont 4 % d’effet volumes (demande). Elle a relevé ses perspectives économiques 2017 à +2,8 % pour le PIB mondial (vs +2,5 % attendus en juin) et +3,1 % pour la production industrielle (vs +2,5 % en juin).

Dans une situation où tout paraît aller bien, les investisseurs se posent légitimement la question de sa pérennité, que deux éléments issus des publications trimestrielles récentes semblent accréditer :

- La bonne tenue de l’investissement, dont atteste la publication de Schneider Electric, en particulier dans l’industrie (+6,9 % pour la branche automation) et le bâtiment (+4,3 % pour la branche basse tension), à un moindre degré dans les infrastructures  (+1 % hors effets spécifiques dans la branche moyenne tension), pénalisées par la prudence d’une commande publique à la diète.

- La forte progression du fret maritime mondial mise en évidence dans la publication de Kuehne & Nagel, qui fait état d’une progression en volumes de 8 % sur un marché en croissance de 4 à 5 %.

On notera dans ce contexte le bon comportement de Rouvier Valeurs, en appréciation de 11,7 % depuis le début de l’année et 2 % sur le mois, avec un engagement en actions ramené à 83,4 % (84,5 % à fin septembre).
Rouvier Évolution, avec un gain de 1,5 % en octobre pour une progression de 6 % depuis le début de l’année, a bien profité ce mois-ci de la hausse de son sous-jacent, avec un coût de couverture moins pénalisant par rapport aux mois précédents.

Rouvier Europe est en progression de 9,3 % depuis le début de l’année mais garde un certain « réservoir de performance » avec ses positions financières. Ces dernières attendent en effet encore de voir se terminer les négociations règlementaires entre américains et le reste du monde (règlementation bancaire dite de Bâle III), s’achever le cycle entamé après la crise de 2008 d’amendes américaines et le début d’une projection de remontée, même modeste, des taux d’intérêt.
 
Rouvier Patrimoine est désormais en appréciation de 2,3 % sur l’année en cours et reste conforme à ses objectifs prudentiels avec une poche actions délibérément limitée et même ramenée de 18,7 % à 18,4 %.

 

 

 

 

 

Rapport mensuel