Juillet 2018

Les principaux indices boursiers se sont appréciés dans le courant du mois de juillet, de 3,6 % pour le S&P 500 américain et de 3,07 % pour le Stoxx 600 européen. Confrontés au feuilleton trumpien, les marchés semblent en ignorer les incidences potentiellement récessives, via la contraction du commerce mondial, et inflationnistes, via le renchérissement des importations et le déficit budgétaire, pour ne retenir que l’effet des mesures fiscales sur la croissance des bénéfices. Force est de constater que les principales constatations que nous retirons des publications semestrielles des entreprises paraissent leur donner raison.

En ce qui concerne les échanges mondiaux, Kuehne & Nagel fait état d’une bonne activité de fret maritime avec 4 % de progression des volumes au second trimestre après 2 % au premier, soit 3 % sur le semestre et attendus pour l’ensemble de l’année. Il en va de même dans le fret aérien avec une croissance des volumes attendue à 4 %.

L’activité industrielle à l’aune de BASF se porte également bien, avec une croissance organique de 9 % au second trimestre dont 3 % en volume, qui permet à la société de confirmer son scénario 2018 avec une croissance de 3,4 % pour l’industrie chimique mondiale, tirée par 3,2 % de progression de l’industrie globale et 3 % de hausse du PIB mondial. S’agissant des investissements, la forte activité constatée par Schneider Electric au premier semestre, avec 7,3 % de croissance organique, l’a amenée à relever ses objectifs de croissance pour l’année de 3/5 % à 5/6 %.

Témoignent également de la confiance des acteurs économiques la hausse des prises de commande chez Kion (chariots élévateurs et systèmes logistiques intégrés, +11,9 % par rapport au premier semestre 2017), Bobst (équipementier pour les fournisseurs d’emballage et de ce fait très bon indicateur avancé, +13 %) ou Manitou (petits véhicules tout terrain pour les chantiers, +10 %).

Les compartiments de la SICAV Rouvier continuent leur parcours honorable. Face à un indice MSCI Europe net en progression de 3,1 % sur le mois, c’est Rouvier Europe (+3,3 % en juillet) qui retrouve une surperformance ce mois-ci grâce notamment à ses positions en valeurs industrielles tandis que Rouvier Valeurs doit à son caractère plus défensif une hausse limitée à 2,7 % sur le mois. Conforme à sa vocation première de préservation du capital, Rouvier Patrimoine retrouve sa valeur de début d’année et Rouvier Évolution est en très léger repli, -0,1 % sur l’année après +1,6 % sur le mois.

Pour la deuxième partie de l‘année, la vigilance s’impose sur le plan macro-économique, avec une attention particulière à tout signe de ralentissement des échanges mondiaux et/ou de reprise de l’inflation. Le souci permanent de la qualité de nos investissements et l’attention portée aux valorisations que nous nous efforçons de valider en permanence restent néanmoins nos meilleurs atouts pour en tirer parti.

Rapport mensuel